Pique-nique et bicyclette

Aperitiefietsers @ Hondschoote 3

Rien de tel qu’un pique-nique en pleine nature pour ponctuer une balade en vélo par nos campagnes. Encore faut-il trouver un endroit approprié – à moins d’être un adepte du style « Camel Trophy ». Ils ne sont pas toujours renseignés sur les cartes. Celles du Fietsnetwerk (FN) flamand localisent les tables de pique-nique, parfois, mais pas la carte interactive en ligne correspondante. Le long des ravels, il y a parfois de très belles « aires de repos » ou « barbecue », les anciennes brochures les localisaient, mais elles ne sont plus éditées, et les nouvelles sont trop minimalistes pour contenir de telles infos. Les guides cyclo-touristiques sont eux aussi parfois aphones sur le sujet. Bref, c’est un peu la débrouille, ou le petit bonheur la chance.

Quand bien même vous avez localisé sur carte une aire de pique-nique, cela ne présage en rien de sont état… parfois catastrophique au point de la rendre inutilisable. Notre exigence minimale est qu’il y ait un banc et une table, mais il ne faut pas espérer en disposer à tous les coups : si l’endroit est vraiment exceptionnel, un tronc d’arbre couché fera l’affaire… Ou alors, une clairière herbeuse ou un champ, avec une nappe, à l’ancienne – il faudra alors vous encombrer de ce matériel supplémentaire. À l’autre bout de la ligne du standing, une aire de pique-nique couverte, avec barres de fixation pour parquer votre vélo, poubelles, barbecue, constitue le nec plus ultra. On n’a pas encore croisé par ici l’équivalent de ce qui se fait pour les automobilistes, avec toilettes et douches, mais un jour peut-être…

Comme le temps ne se prête pas toujours, voire pas souvent, à ce genre de lunch, nous avons fait une place dans ce petit guide subjectif aux cafés. Outre que certains petits bistrots de villages valent parfois à eux seuls un détour (ou une côte), il fait parfois bons de casser la croûte au chaud et d’ainsi échapper aux frimas de la route. D’autant que certains acceptent que vous y emmeniez votre propre pique-nique, à condition bien sûr de consommer les boissons de l’établissement. Les brochures en annexe des cartes du FN renseignent quelques uns de ces « fietscafés », précisant ceux qui acceptent vos pique-niques et même s’il est possible d’y sécher vos vêtements de sportifs de haut niveau. Rien de tel du côté wallon, malheureusement, ou de plus les bistrots de terroir, malgré une récente labellisation, ont tendance à disparaître irrémédiablement.

La liste (en pdf) n’a rien de systématique, il s’agit simplement des endroits que nous avons croisé lors de nos balades. D’autres l’ont déjà fait, et l’on espère ainsi accumuler les indications. Ainsi, sur le site « On fait la fête », on trouve une page consacrée aux lieux de barbecue (attention, certains sont payants et/ ou sur réservation). Ou ce petit listing, pour les environs de Namur. L’excellent site (officieux) du ravel « Vélo-Ravel.net » dispose d’une page « Boire, manger et dormir en chemin ». Il existe des sites qui les répertorient, en France par exemple. Ou celle de la Fédération touristique du Luxembourg belge (une soixantaine d’aires de bbq ou de pique-nique). De plus en plus souvent, les fédérations touristiques locales indiquent leurs aires de pique-nique dans leurs brochures et/ou  sur leur site. Les artisans boulangers proposent leurs « spots » pique-nique. En 2016, la Province de Namur proposait différents circuits labellisés « Ravel des BBQ », qui mettaient en avant les établissements et les produits locaux.

liste_TPN_2020